Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

« La réforme des retraites ne pourra se faire sans une véritable politique en faveur de l’emploi des seniors »

Quelques statistiques édifiantes qui  parlent d’elles-mêmes :

En 2018, sur la tranche d’âge 50-64 ans, le taux d’activité est de 66,5%. En revanche, pour les 60-64 ans, le taux d’activité ne dépasse pas les 33%, soit une quinzaine de point en dessous de la moyenne européenne. Concernant les conditions d’emploi des 55 ans et plus, 25,5% sont à temps partiel, 7,3% en CDD ou en intérim.

Le débat sur la réforme des retraites est ouvert avec, en ligne de mire, l’allongement de la durée de cotisation ou le recul de l’âge de départ à la retraite… et c’est là tout le paradoxe !

Comment demander aux seniors de travailler plus longtemps alors même qu’on les licencie et qu’ils éprouvent de réelles difficultés à séduire les recruteurs et retrouver du travail ?

Quelques leviers et propositions permettraient de favoriser l’emploi des seniors :

  • Sensibiliser les recruteurs et les managers aux pratiques de recrutement non discriminantes,
  • Accompagner les parcours professionnels tout au long des carrières en favorisant l’accès à la formation, en aménageant les postes de travail et/ou l’organisation du travail,
  • Favoriser la transition progressive entre activité salariée et retraite en rendant la retraite progressive plus accessible,
  • Créer une mesure d’aide au retour à l’emploi spécifique aux plus de 50 ans dispensée par le service public de l’emploi et encourager l’embauche de seniors au chômage par la création d’un contrat de travail assorti d’une aide financière aux employeurs.

Les pouvoirs publics et les employeurs doivent maintenant retrousser leurs manches et mettre en place des actions concrètes pour donner leur chance aux seniors qui souhaitent travailler plus longtemps  et cotiser sur une plus grande période.